Ce clip, réalisé par des éleveurs laitiers basques, est la chose la plus belle et la plus intelligente que j'aie vue sur internet depuis longtemps. À regarder et écouter en mettant le son, jusqu'à la dernière image  car la chute est excellente.

Ça pourrait se passer de commentaires. Mais ça nous interpelle !

On pourrait se dire : je vais arrêter d'acheter des produits laitiers industriels. Certes c'est bien. Si plus personne n'achetait de beurre ou de camembert du type qui veut manger son chapeau ou l'autre imbécile qui emporte son mauvais calendos quand il est invité à dîner chez des amis (tout le monde a vu ces pub au moins une fois), cela aurait un impact. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Moi même je ne me rappelle même plus de la dernière fois où j'ai acheté un camembert pasteurisé, ça fait des lustres. Mais je n'ai aucun mérite car je n'ai pas de difficulté à m'approvisionner, j'habite à la campagne et je trouve facilement des produits artisanaux, et même du vrai lait de ferme. J'ai aussi un très beau marché où les produits sont moins chers qu'en grande surface. Une chance.

Comment, dans la pratique, cesser d'acheter des laitages industriels? C'est presque impossible. Comment fait-on quand on habite en ville ou en banlieue ? Quand on ne peut pas faire autrement que d'aller s'approvisionner en supermarché ?  Quand on a des enfants et qu'on doit acheter 12 litres de lait par semaine, comment faire autrement que d'acheter des packs de lait en brique?  Le fait est que le marché des produits laitiers est entièrement noyauté par l'industrie : il est quasi impossible, en France en 2013, d'acheter du lait de vache qui n' ait pas été transformé, du lait simplement sorti d'une vache et mis dans une bouteille ou un autre emballage. C'est un produit rarissime ! 

(Au passage, ne croyez pas que le lait en brique ou en bouteille plastique est du lait sorti tel quel d'une vache, puis mis dans la brique et stérilisé. Les industriels le reconstituent à partie de poudres d'éléments du lait, lactose, calcium, matière grasse, etc. pour faire les différentes sortes, entier, demi écrémé, vitaminé, etc. Ça ne vous étonne pas, vous, de pourvoir le garder 15 jours entamé sans qu'il tourne ? — si, j'ai fait l'expérience).

Prenons conscience que dans "la vache et le prisonnier ", le prisonnier, c'est sans doute l'éleveur, mais c'est aussi vous et moi : c'est le consommateur qui n'a plus du tout le choix de ce qu'il mange !

L’industrie agro alimentaire contrôle entièrement notre alimentation. Elle constitue actuellement le secteur le plus important de l’économie en terme de chiffre d’affaire, elle devance toutes les autres industries, et tout le monde sans exception consomme ses produits. Des enjeux économiques énormes sont liés à cette industrie qui cherche à grandir encore et toujours. Une poignée d’entreprises multinationales (Monsanto, Nestlé, Unilever, Lactalis, etc...) contrôlent entre les deux tiers et les trois quarts du marché mondial. Partout elles rachètent une par une les petites entreprises artisanales, elles les englobent, ou bien elles les ferment  pour ne plus avoir de concurrence, ce qui les fait encore grandir plus. Elles ont un pouvoir économique considérable. En réalité, elles possèdent la maîtrise totale du système alimentaire marchand dans tous les pays où elle est implantée. Ce pouvoir, dans certains cas, est supérieur à celui des institutions politiques. Quand on contrôle la nourriture, ce qui est indispensable à la vie, on contrôle tout : la vie et la mort des gens. Oui, ça peut aller loin.

(Tiens, pour prendre un seul exemple, près de chez moi il y avait encore deux petite usines de lait qui collectaient et vendaient dans la région, eh bien elles se sont fait "restructurer" et vont disparaître ! CLIC.)

Comment faire pour signifier qu'on n'est pas d'accord avec ce système ?

On peut commencer par utiliser l'internet pour partager le clip afin que le maximum de consommateurs prenne conscience du problème. Cela semble une lutte du pot de terre contre le pot de fer. Sauf que là c'est carrément le pot de cristal contre celui en acier inoxydable. Mais n'oublions pas que l'industrie n'est rien sans les consommateurs et leur sacro-saint "pouvoir d'achat" dont on nous rebat les oreilles.  Le pouvoir d'achat n'est un réel pouvoir que si on ne l'utilise pas ! 

Ceux qui ont la chance d'avoir le choix peuvent privilégier les Amap, ou les groupements de producteurs en vente directe qui se développent de plus en plus dans toutes les régions, les circuits courts, les artisans, les petits commerçants. Ils peuvent autant que possible éviter d'aller faire leurs courses dans la grande distribution, ou y aller moins, Ils feront des économies de temps, de carburant, et des économies tout court car c'est une idée reçue que tout est moins cher en grande surface.

Vous comprenez maintenant pourquoi vous ne lirez jamais sur ce blog une promotion pour un quelconque aliment industriel. Et vous ? Vous avez d'autres idées pour sortir de cet emprisonnement ?