Le dîner en blanc, vous connaissez ? C'est un événement créé en France, organisé depuis 1988 à Paris, le principe est d'arriver tous en même temps dans un endroit, de préférence prestigieux comme la place de la Concorde, la place des Vosges, les Invalides, le Château de Versailles, ou le parvis de Notre Dame, avec victuailles, tables et chaises, et de s'attabler pour un pique nique en toute convivialité. Il faut être habillé en blanc, avoir de la belle vaisselle blanche, et la nourriture doit être blanche aussi. 

deb1
Credit photo DEB.

Ensuite, on mange, on danse, on allume un cierge magique et tout le monde disparait comme par magie en ne laissant aucune trace de son passage. Lisez donc comment cette belle histoire peut se transformer en incident diplomatique.

Acte 1 : lever de rideau, exposition, lieu, ambiance et personnages
Jusqu'ici, rien de choquant, c'est même plutôt amusant, quoique ça ait une connotation un peu "branchouille bobo parisien, et même BCBG". Cliquez ICI ou ICI  pour faire connaissance avec l'événement. Le concept s'est exporté à l'étranger, des dîners en blanc ont eu lieu à Berlin, Montréal, New York... et celle année il doit y en avoir un à Singapour le 30 août.

Singapour a l'honneur d'être la première ville asiatique à héberger cet événement. Ce qui me semble normal, vu la passion de ses habitants pour la bonne chère, détail qui m'avait vraiment frappé lors de mon séjour là bas. Ceci pour situer le contexte.

L'organisation est française, dirigée par Aymeric Pasquier, relayée sur place par un comité local dirigé par Clemen Chiang. Une agence de Relation Publique, Thóx, est chargée de médiatiser l'événement. L'agence de RP a été chargée d'inviter les blogueurs culinaires singapouriens à participer et relayer l'information. Ceci pour situer les personnages.

whitefood1Plats singapouriens de couleur blanche (credit photo Daniels'food diary, clic sur la photo)

Acte II, le drame se noue
L'événement est sensé être un pique nique élégant. On n'y mange pas dans des assiettes en carton et on ne boit pas dans des gobelets en plastique. On peut y amener du vin ou du champagne (enfin celui de la marque du sponsor, attention, pas un autre... faudrait pas exagérer), mais pas des alcools forts. Les instructions de départ sont celles-ci sur le site organisateur : apporter "un panier pique-nique composé d'éléments de menu de qualité et un service de table en porcelaine, y compris verres et couverts".

L'un des blogueurs, Daniel, a fait un billet plutôt sympathique pour annoncer tout cela, et a aussi proposé une liste de plats que les gens pourraient confectionner et apporter pour le pique nique. L'article est ICI. Il propose comme il se doit des plats de couleur blanche, comme le hainanese chicken rice, le poulet au riz emblématique de Singapour, les fish balls, ces délicieuses boulettes de poisson cuites dans un bouillon, et le tau huay, qui est une sorte de crème prise à base de lait de soja, qui ressemble visuellement à une panna cotta et se mange en dessert avec des cacahuètes et un sirop parfumé au gingembre. L'idée est de célébrer dignement l'évènement avec ces mets emblématiques de la culture culinaire singapourienne. Ces plats traditionnels ont une histoire, une valeur culturelle, que les singapouriens sont fiers de faire partager aux français. Quoi de de plus naturel.

whitefood2
Autres plats singapouriens de couleur blanche (credit photo Daniels'food diary)

Quelques jours plus tard, le blogueur a été prié par l'agence de communication de retirer son billet. La raison donnée est celle-ci : "les organisateurs français ont fait part à la société de relations publiques qu'ils n'étaient pas satisfaits de mon billet. L'argument était que le poulet au riz et le Tau Huay n'étaient pas conformes à leur image".

Le rideau tombe, et notre perplexité aussi.

Acte III, rebondissements
Daniel retire son billet, par égard pour l'agence Thóx qui risquait de voir son contrat dénoncé. Dans l'intervalle, il reçoit un coup de téléphone pour le désinviter, sous prétexte qu'il ne restait plus assez de place. Se ravisant alors, il remet le billet en ligne, en expliquant pourquoi : Clic ICI. Les autres blogueurs invités...  sont aussi désinvités dans la foulée... quelle élégance vraiment de la part des organisateurs ! (voyez ICI)

On reste sans voix, mais pas les internautes singapouriens qui se déchainent. C'est que les Singapouriens, faut pas les titiller au sujet de la nourriture ! La page Facebook de l'événement a reçu des centaines de protestations, elle a même fini par être fermée tant la crise est sévère. La cuisine singapourienne est donc jugée indigne de ce pique-nique par les organisateurs français ? La cuisine singapourienne qui pourtant est élaborée, raffinée, délicieuse ?

tauhuay
Credit photo Moonberry

A gauche, la panna cotta, jugée digne de figurer à la table du dîner en blanc. A droite, le Tau Huay, pas assez raffiné. C'est peut-être qu'il manque la feuille de menthe ?

Menu de qualité. Qu'est ce que ça veut dire ? Sur la page Facebook de l'événement, qui a été désactivée depuis, (mais il existe des captures d'écran, par exemple sur cet article qui résume bien l'affaire CLIC), il est dit "we do not encourage local food" (nous n'encourageons pas la nourriture locale). Ciel ! Il vaut mieux lire ça que d'être aveugle !

Diner en Blanc Facebook reply

 

Ha bon ? La cuisine locale n'est pas considérée comme étant de qualité alors ? Ensuite ils se sont ravisés, affirmant finalement, que non, on avait mal compris, ce n'était pas la cuisine locale, mais le fast food et la junk food qui étaient jugés indignes... Ce qui n'était pas malin non plus : nouveau scandale des internautes singapouriens : le chicken rice, notre plat national, est donc assimilé à la junk food !

Juger que des plats autochtones soient trop communs et ne correspondent pas à une certaine image de raffinement... C'est choquant. Quelle arrogance, quelle impolitesse, quelle manque de respect surtout ! Et je dirai même quelle bêtise, quelle crétinerie... Je suis outrée. Les français ont déjà une mauvaise image à l'étranger, ce n'est pas cela qui va l'améliorer ! Oh la honte.

Entracte en forme de flash-back :
L'année dernière le dîner en blanc a eu lieu à New York, sur un autre fond de polémique. Les Américains étaient énervés de devoir payer une cotisation de 50 dollars et amener quand même leur propre nourriture. Autant aller au restaurant, disaient-ils. Ensuite, le système informatique a fait des siennes, (remarquez qu'on accuse toujours le système informatique dans ces cas là), il a été vendu 1800 places alors que seulement 200 étaient disponibles... Et enfin, l'organisation demande une alternance homme-femme à table, selon la vieille coutume des repas BCBG. Chaque personne invitée doit venir avec quelqu'un du sexe opposé. Ce qui est jugé ringard par les New-Yorkais. De plus au même moment New York était en pleine bataille pour la légalisation du mariage homosexuel. La requête jugée discriminatoire a donné lieu à des centaines de protestations sur la page FB de l'événement. (Et puis tout simplement, nous les filles, on peut très bien avoir envie de sortir avec une copine, plutôt que d'être assise à côté de quelqu'un que l'on ne connait pas et qui va nous faire du gringue toute la soirée !) Les organisateurs ont dû faire marche arrière et accepter que des personnes de même sexe soient assis l'un à coté de l'autre. Fin du flash back.

Acte IV : la rébellion
Il y a une immense malentendu autour de cette affaire, une immense incompréhension culturelle, qui est un stupide gâchis. Les Singapouriens, fiers de leurs plats nationaux (voir aussi ICI le blog d'un critique gastronomique), pensaient faire honneur aux organisateurs français en apportant cette touche asiatique au repas. Mais les Parisiens Français, s'en sont offensés, ils ne voulaient sans doute avoir que des petites verrines très classieuses, des choses dans des cuillères très chics, des petits bocaux élégants, des amuse gueules bouches distingués, du foie gras, du caviar, de la cuisine moléculaire... Que sais-je encore. Mais qu'ils se rassurent : le chicken rice, on peut le faire aussi en verrine !

On espèrerait presque que le dîner en blanc du 30 aout soit boycotté par un grand nombre de singapouriens. (Moi je boycotte, mais je n'ai aucun mérite vu que je suis à 12 heures d'avion). En réaction, des blogueurs ont organisé un "Dîner en noir" où tout sera noir, nourriture et vêtements...  ou un "it's super white", et surtout un "ultimate hawkers fest" pour célébrer en grande liesse la nourriture locale. Affaire à suivre !

Et voyez-vous, le pire dans tout cela, le plus sordide, c'est que, après la fermeture de la page Facebook, sur le site internet de l'événement, les organisateurs ont publié une page d'excuses. Et ils se défaussent complètement, non pas sur le système informatique, mais sur l'équipe locale et sur l'agence de com. C'est facile, ça, monsieur Aymeric Pasquier ! On admire votre courage.

L'agence de com n'a fait qu'appliquer les ordres reçus de son client. Le blogueur Daniel ajoute dans un troisième billet de conclusion : "les clients devraient faire confiance aux experts qui font leur travail", ce qui laisse comprendre que les français n'ont pas écouté les conseils de l'agence... Et il conclut si bien : la cuisine devrait unir les hommes et pas les diviser.

chickenrice3C'est pas tout ça, mais qu'est ce qu'on mange ce soir ? Un délicieux chicken rice, en soutien avec les gourmands singapouriens, que je salue au passage ! La recette est ICI.

Allez lire aussi ICI l'article de Louis, un Français de Singapour. L'article est en français.

DERNIÈRES NOUVELLES DU 30 AOÛT : 

Aymeric Pasquier, l'organisateur de l'événement, a publié aujourd'hui une clarification, quelques heures avant que le dîner ait lieu, où il fait part d'une grosse et ridicule erreur de communication, c'est ICI, clic. (Cliquez ensuite sur "traduction" ou "original" pour l'avoir en français ou en anglais).

S'ils avaient dit dès le départ que la cuisine devait être maison, il n'y autait pas eu tout ce tintouin !

Ici aussi ldes explications : où l'erreur tente d'être rattrappée autour d'un repas de chicken rice : CLIC. (Une fois sur la page cliquez sur "Traduire" en haut pour l'avoir en français).

Lire aussi cet article (en Français) qui montre bien le côté financier et commercial de l'affaire.

Je ne sais pas si l'honneur est sauvé. Mais pour ce soir, on espère que le pique-nique sera dans un endroit abrité, car  la météo s'annonce désastreuse.

meteoLe ciel serait-il mécontent ?