-

 La suite, c'est le nom d'un nouveau restaurant de La Rochelle, situé sur le port à deux pas de la tour de la chaîne. La suite de quoi ?  C'est la renaissance de la Maison des Mouettes d'Aytré, ravagée par la tempête Xynthia voici un peu plus d'un an. Et c'est une belle histoire de désastre qui finit bien.

johan-stephanie

Stéphanie et Johan Leclerre (MOF en 2007) ont tout perdu durant cette nuit cauchemardesque du 27 février 2010. Le restaurant gastronomique qu'ils avaient depuis 15 ans, et le nouvel hôtel flambant neuf qu'ils venaient d'ouvrir. Mais ils furent heureux de ne pas avoir perdu la vie, ni celle de leurs enfants. Il y eut deux morts dans leur rue, dont un bébé dans son berceau.

L'hôtel était plein ce soir là et le restaurant aussi affichait complet, malgré l'alerte de Météo France. La Maison des Mouettes a déjà subi la tempête de 1999, avec ses 50 centimètres d'eau dans le restaurant : cette fois, Johan avaint pris la précaution de remplir des sacs de sable et de les placer devant les ouvertures, pour résister au poids de l'eau. Stéphanie avait envoyé les enfants chez ses parents, plus loin à l'intérieur des terres. S'il fallait écoper l'eau, gérer les dégâts, rassurer les clients : pas utile d'avoir à s'occuper des enfants par dessus le marché.

Stéphanie prévint ses clients que le restaurant fermerait à 23 heures. Certains se moquèrent : des alertes à la tempête, il y en avait déjà eu.. mais le restaurant ferma néanmoins à 23 heures. Les clients de l'hôtel regagnèrent leur chambre munis d'une lampe torche en prévision d'éventuelles coupures d'électricité durant la nuit.

A la fin de la soirée, Stéphanie téléphona au service météo du port de La Rochelle. On lui expliqua que le vent ne serait pas le plus à craindre. Mais l'eau. La haute mer était prévue à 2 heures du matin, et ce serait une grande marée. La conjugaison de cette marée et de la tempête était inquiétante. Stéphanie et Johan se félicitèrent pour les sacs de sable, conseillèrent aux clients de l’hôtel de rester dans leur chambre sans en sortir jusqu'au matin, et mirent quand même le réveil à 2 heures du matin.

Quand ils descendirent au rez de chaussée, l'eau était montée à 1 mètre 80, malgré les sacs de sable.  Et ça continuait à monter...

Heureusement, les clients ne risquaient rien dans leur chambre toutes surélevées. Un coup de fil dans chaque chambre pour leur dire de ne pas sortir et de ne surtout pas appeler l’ascenseur ! Au lever du jour ce fut l'apocalypse que l'on devine... le ballet des pompiers en barque, les appels au loin, le désespoir. Leur souci : ne pas attirer l'attention des pompiers, car ils étaient sains et saufs, alors que d'autres personnes en avaient sans doute plus besoin qu'eux... un comble !

Dans les mois qui suivirent, après moults débats, attente, tergiversations, promesses, espoirs, faux espoirs, découragement, le restaurant fut classé en zone noire, il est d'ailleurs démoli depuis quelques jours et ne sera jamais reconstruit.

Il fallut beaucoup de courage, de volonté, de persévérance, de travail insensé et de ténacité pour que ce jeune couple parvienne enfin à faire renaître l'entreprise, sachant que pas un seul centime du fond de commerce  n'a été remboursé par l'assurance. Le résultat est enfin là, et c'est savoureux !

carte

Page de gauche, une carte bistrot ; page de droite, une carte gastro.

C'est un endroit où l'on peut venir déguster à la fois des plats (apparemment) simples style bistrot, et des plats gastronomiques élaborés. On peut manger un tartare de boeuf, des sardines grillées ou un club sandwich, (mais attention, pas n'importe lesquels !) ou encore un homard, du foie gras ou des ris de veau. Sur la carte, à gauche, les plats bistrot et à droite les plats gastro. On peut rester dans un même style tout au long du repas, ou bien prendre une entrée ici et un plat là...

C'est ouvert toute la journée, s'il vous prend l'envie d'arriver à quatre heure de l'après midi pour déguster une pâtisserie, ou même un club sandwich, c'est possible, ou à 18 heures pour une simple coupe de champagne, c'est encore possible car il y a un bar à champagnes avec un grand choix. La carte des vins est très belle aussi d'ailleurs.

DSC_0027
Le décor est contemporain, branché, ce n'est pas ce que je préfère, mais moi c'est surtout la cuisine qui m'intéresse. Il y a plein de niveaux différents, un étage, plusieurs salles, une terrasse, et des recoins multiples pour ceux qui veulent être tranquilles.

La cuisine est celle d'un MOF : technique irréprochable, assaisonnements parfaits, choix de produits de grande qualité. C'est goûteux, enlevé, sans tralala, mais avec beaucoup de technique. Les recettes classiques sont à peine revisitées, les recettes modernes ou inventées ont ce fond de classique auquel on reconnaît les grands cuisiniers. La carte change toutes les semaines !

boeuf
Grande spécialité de la maison: le pavé de boeuf fumé aux aiguilles de pin, sur une sauce émulsionnée mousseuse genre hollandaise, argh c'est bon ça ! Ici il est en version amuse bouche, mais c'est en vrai plat sur la carte.

 

lotte

Une lotte rôtie aux épices, divinement tendre, sur des petits légumes et une exquise sauce beurre-ciboulette-caviar.

 

sole

Autre spécialité du chef : la sole meunière, un grand classique indémodable. Ici aussi, c'est une version dégustation avec ses feuilles de romaine braisées et gnocchis de pommes de terre, et le beurre meunière en cordon sur l'assiette. La sole est présente en plat principal sur la carte, et pas forcément avec cet accompagnement, car c'est en fonction de la saison et des arrivages. La sole est un des incontournables que les clients redemandent.

 

ris-de-veau
Un ris de veau aux petits légumes et son jus corsé, sirupeux, succulent, comme je les aime.

dessert

Et pour le dessert, le choix est difficile entre le soufflé chaud au Grand Marnier, la salade de fraises au sucre pétillant et le pavé praliné accompagné de sa glace vanille. Rien d'original, mais beaucoup de gourmandise. On peut prendre les trois ?

La Suite est une de mes adresses fétiches de la région Poitou Charentes, j'y vais et j'y retourne.

La Suite
15, rue de la Chaîne
17000 La Rochelle
Tel : 05 46 50 51 98