-

Gregory Mirer, c'est l'école Robuchon et ça veut tout dire. Il était second à l'Atelier de Paris, à Monte Carlo et aussi chez  Mauro Colagreco à Menton, ce qui fait beaucoup d'étoilés à son actif. Il vient tout juste de poser ses couteaux, déplier son tablier et de prendre possession des fourneaux et des casseroles. Le restaurant du château de Curzay est réouvert depuis le début mars.

sallamanger
Le cadre est toujours aussi magnifique, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du château. La belle salle à manger a gardé ses boiseries anciennes.  (D'autres photos du château, lors de mes précédentes visites ICI et ICI).

patience
Le fait est que ça commence fort ! Une "patience" de carotte jaune farcie aux saveurs de la mer, légumes et un bouillon de langoustines. Des saveurs délicates, sucré de la carotte, petits morceaux de langoustines, suavité et concentration du bouillon, légumes bien croquants, c'est clair et net, vif et aiguisé, de quoi nous aiguillonner l'appétit.

maquereau

L'entrée est très graphique et va droit au but. Maquereau mariné aux zestes d'agrumes, petites pommes de terre fondantes aux herbes et chips de pain (très croustillant). Joli à l'œil et vraiment très bon en bouche. On ne se perd pas dans dix mille saveurs, c'est cohérent, et cela tiens ses promesses : le maquereau est soyeux et bien parfumé dans son huile aux zestes, les pommes de terre aux herbes sont fondantes et les herbes fraîches leur donnent une vivacité printanière. La petite touche de croquant est bienvenue. L'ensemble donne un plat très harmonieux.

agno
En plat principal, nous dégustons une épaule d'agneau rôtie à basse température, chou vert,  jus corsé au cumin et sésame noir, et crème de maïs caramélisé. La cuisson de l'agneau peut dérouter ceux qui ont l'habitude de le déguster rosé, la viande est fondante, un peu confite. Le chou est doux, tendre et printanier, le jus succulent, joliment "tranché" sur l'assiette, et la crème de maïs câline et gourmande.

pom

Le dessert s'intitule "autour de la pomme et du caramel", thème indémodable et ô combien délicieux ! Le caramel est dans la glace, la fine nougatine au sésame et les gouttes de caramel autour de l'assiette, et la pomme, confite et fondante, cache un secret...

pompom

Elle est creuse, cette espiègle, et, sous son chapeau de catherinette, recèle en son cœur un petit monde croquant de fruits secs— amandes, noisettes, pistaches— sablés au sucre cuit, donc très croustillants. Ce dessert est harmonieux, pas trop sucré malgré les apparences, d'aspect simple mais qui cache son jeu, et gustativement impeccable !

Ce menu, patience, entrée, plat et dessert est à 38 euros. Je crois qu'ils vont nous revoir à Curzay.

Château de Curzay  (clic)
86600 Curzay sur Vonne
Tel.: (33) 05 49 36 17 00

 

-