__

Maintenant que les cerises sont cueillies, qui croyait se reposer ?

framboisesbranche

Bon, j'arrête de les photographier et je vais les cueillir, parce que sinon les branches vont se casser sous leur poids. Elles sont énormes, rouges, parfumées. On sent que leur plus cher désir est de plonger dans une jatte de crème, de se noyer dans le fromage frais, de se vautrer outrageusement sur une pêche melba, de se faire enlacer par un tiramisu furieusement délicieux et de fondre de plaisir dans un sorbet.
Ne les faisons pas attendre !

En attendant le prochain billet, on va s'entraîner :

Ce soir les framboises vont devenir une simplissime purée de fruits rouges, avec des morceaux entiers, si, si.

Par personne :
100 g de framboises (on peut aussi mettre moitié framboise et moitié fraises)
10 g de sucre

On écrase la moitié seulement des framboises avec le sucre soit à la fourchette, soit au mixeur. J'ai la préférence pour la fourchette, même si c'est plus long.

framboises_ecrassees

Le mixeur c'est bien pour faire un coulis bien liquide et lisse, une sauce sans aspérités.  Le mixeur va vous réduire les framboises en purée en 1 seconde 2 dixièmes top chrono, cela peut avoir un avantage. Mais le mixeur est hypocrite.  Sous prétexte de rapidité, il va vous donner une purée abstraite. Là on veut une purée concrète. Une purée figurative qui fera contraste avec l'évanescence des crèmes ou des tiramisu. On veut de la matière, de l'existence, de la présence. On veut sentir des morceaux sur la langue. On veut imaginer la framboise sous la feuille de sa branche et les abeilles qui bourdonnent autour.

On prend la fourchette et on appuie, on sent la chair résister légèrement puis s'écraser sous la pression, on devine la densité, la substance. On perçoit les petits sacs gorgés de jus qui explosent et libèrent le parfum. On éprouve les grains de sucre qui crissent et se mêlent au jus répandu. On se sent barbare peut-être, mais on assume parce que la framboise va nous offrir ainsi toute la générosité de sa matière. C'est un don qu'elle nous fait à nous qui le ressentons comme tel. Le mixeur, lui, sous ses airs civilisés et anesthésiants, ne ressent rien.

glaceetframboises

On mélange la purée avec les framboises restantes, sauf quelques unes si on veut en décorer son dessert avec quelques fruits tout nets. Cela vous donne une texture moitié purée - moitié fruits qui est très agréable et appétissante.

On répandra ces fruits sur du fromage blanc, dans un yaourt ou sur une glace à la vanille. Ici la glace est maison, à base d'une crème anglaise. Si vous insistez, je vous donnerai la recette un jour.

Il ne manque plus que la pêche pochée pour faire une pêche melba. Là il faut attendre encore un peu, il faut attendre que ce soit vraiment la saison, même si on en trouve d'ores et déjà sur les étals des grandes surfaces. Non, on n'est pas si pressé et on n'achètera pas de pêches industrielles dures comme du bois parce que cueillies avant maturité et qui pourriront dès la sortie de leur frigo. C'est triste une vie de pêche industrielle, d'être cueille sans connaître de chair tendre et juteuse et puis de pourrir à la sortie d'un frigo sans régaler personne. La vie des framboises de jardin est bien moins triste. Même leur fin sauvage sous la fourchette possède une jubilation, une force de création, avant qu'elles aillent se lover sur la douceur de la glace, du tiramisu ou du fromage blanc.

Ne mangez pas toutes les framboises, on en aura besoin pour la prochaine recette : je vous promets un nuage aux fruits rouges !

__