Cette confiture, c'est de la bonne humeur en pots, du soleil en plein hiver, de la lumière en tartines !

tartine

Elle est très facile à faire, pas trop sucrée et peu amère au goût, avec une bonne saveur d'orange fraîche. Elle donne des tartines fruitées, elle rend les pains d'épices ultra moelleux et sur des crêpes chaudes, on se régale. Elle trouble même ceux qui d'ordinaire n'aiment pas la marmelade d'agrumes. Si, si.

On voit souvent des recettes de marmelade d'orange qui sont assez longues ou compliquées : il faut enlever le zeste, l'émincer, mettre les pépins et les peaux dans une mousseline, et puis ébouillanter les oranges plusieurs fois  pour enlever l'amertume, avant de les cuire dans un sirop... Je ne sais pas vous, mais moi, rien que lire ça, ça me décourage.

orange

Pas de complication dans cette recette. Pas de manipulation fastidieuse, surtout si l'on dispose de belles grosses oranges. C'est alors rapide. Il suffit d'avoir un mixeur et le tour est joué.

bassineconfiture

Pour 6-7  pots :

2, 5 kg d'oranges non traitées
1,5 kg de sucre cristallisé

On profite de la saison des agrumes qui bat son plein, pour choisir de bonnes oranges non traitées, à la peau saine et sans taches. C'est important car on va utiliser la peau. Celles-ci sont de la variété navel, ainsi nommées parce qu'elles ont un petit nombril de l'autre côté du pédoncule. (Vous l'aurez compris, navel signifie nombril, et c'est en espagnol, je crois).

On commence par couper sur les oranges une calotte au pôle nord et au pôle sud. Vous me suivez ? Vos oranges doivent ressembler à un petit tonneau.

orangepole

N'hésitez pas à trancher large, surtout si vos fruits ont la peau épaisse.

orangecoup1

Une fois que c'est fait, on coupe les oranges en quatre quartiers. (C'est un pléonasme, quatre quartiers, non ?)

orange_quart

On enlève ensuite la grosse membrane blanche qui est au centre de chaque quartier. On enlève aussi les pépins, si on en voit.

orangemorceaux

Puis on recoupe chaque quartier en 4 ou 6 morceaux. Rien de bien difficile.

pureeorange

On met tout cela dans un blender, hé oui, c'est sans stress, voyez-vous. On ajoute le jus qu'on peut récupérer en pressant les calottes polaires, on ne gâche rien,  et on mixe pour obtenir une purée grossière. Il doit rester des petits morceaux de zeste, mais pas trop gros. On pèse la purée obtenue, et on ajoute 750 grammes de sucre par kilo de pulpe. On couvre d'un film et on laisse reposer pendant 24 heures.

remplissagepots

Le lendemain, on fait cuire la confiture jusqu'à 105°C au thermomètre. Il faut environ 20 minutes de cuisson. Une goutte de confiture versée sur une assiette bien froide doit gélifier.

Quelques minutes avant la fin de la cuisson,  on peut, si on le veut, ajouter un parfum comme de la cannelle, du gingembre, du cognac, du whisky... mais moi je l'aime nature, avec son bon goût d'orange.

On la verse chaude dans les pots qu'on ferme immédiatement. Avec l'entonnoir on n'en met pas partout, tout va dans le pot et en plus on ne salit pas le bord. On les place à l'envers pendant 10 minutes, pas plus, pour stériliser le couvercle.

Il faut que je vous dise aussi : on peut faire exactement la même chose avec des clémentines ou des pamplemousses.

potsorange

Et après, on se fait un thé earl grey, et on déguste.

tartinegp

Le petit doigt en l'air. Quand même.