Il pleut ? Votre chef vous énerve ? Vous venez de passer le bac et vous stressez avant les résultats ? Votre chéri vous fait la tête ?  Vous détestez le foot ? Vous n'avez plus de sous dans votre porte monnaie ? Vous avez raté le train (ou le métro, ou le bus) ? C'était mauvais à la cantine ce midi ? Celles qui parlent de leur petit bikini de l'été vous agacent énormément ? Et pour couronner le tout, vous avez une énorme envie de chocolat ?

Ne cherchez plus, voici le remède : ce dessert est fait pour vous. Il est réellement magique. Si, puisque je vous le dis. Et prêt à déguster en 30 minutes top chrono.

dessertmagique

C'est un dessert ... bizarre.

Il y a du liquide, du crémeux, de l'onctueux, du solide... et surtout il y a le goût du CHOCOLAT.

Ce n'est pas une crème. Ni une mousse. Ce n'est pas un gâteau. Presque un moelleux, mais pas tout à fait. Un genre de moelleux déstructuré, parce que le coulant n'est pas à l'intérieur. Vous voyez ? Non ? Alors essayez-le, si vous avez une demie heure devant vous.

Autre avantage : il se déguste chaud. On n'a même pas à attendre le refroidissement interminable à la fin de la cuisson, quand cela sent si bon le chocolat dans toute la maison. On peut, dès la sortie du four, y plonger sa cuillère et s'en délecter voluptueusement. Pour parfaire le tout, on pose dessus une boule de glace à la vanille, et on n'attend surtout pas qu'elle fonde.

Pour 4 à 6 personnes, selon le degré de stress, on prépare :

25 grammes de cacao en poudre
1 cuillère à café de cannelle en poudre, si l'on aime
50 grammes de beurre fondu + 20 grammes pour le moule
50 grammes de chocolat noir en petits morceaux
50 centilitres de lait
100 grammes de farine
1 cuillère à café rase de poudre levante
125 grammes de sucre


gatomagique1On préchauffe le four à 180°C. Et dans la foulée, on beurre soit un grand plat de 1,5 litre, ou bien 4 à 6 plats à gratin individuels.

(Moi qui ait essayé les deux versions, je vous conseille vivement les individuels. Le résultat est plus joli. Et c'est meilleur aussi.)

On commence :

On mêle le cacao et la cannelle.

On fait fondre le beurre et le chocolat, dans un grand bol. On y verse 20 centilitres de lait froid, on mélange.

On mêle d'autre part la farine, 1 cuillerée de cacao, la poudre levante et la moitié du sucre. On verse cette poudre sur le lait, on touille avec un fouet pour obtenir une crème bien lisse. Voilà. Pas dur.

Non, stop le doigt ! On ne goûte pas encore !

gatomagique2

On verse dans le ou les moules. Je ne veux pas voir une seule trace de doigt. Aucune excuse.

On mélange ensuite le reste de sucre et le reste de cacao, on saupoudre ce mélange à la surface de la crème. On s'occupe pas des petits grumeaux du cacao, c'est même pas grave. Comme sur la photo ci-dessus. Je sais, c'est bizarre, j'avais prévenu. Mais le plus bizarre est à venir.

gatomagique3

On verse le lait à la surface. Oui, le lait, vous vous rappelez, il en reste 30 centilitres. On le verse simplement. Sans rien mélanger, on ne touche à rien.

La préparation doit arriver à la moitié de la hauteur, car ça va monter jusqu'en haut durant la cuisson, et redescendre ensuite, faudra pas vous inquiéter, c'est normal.

gatomagique5On peut prendre la précaution de poser le ou les moules sur une plaque dans le four pour rattraper les éventuels débordements.

Il ne faudrait pas qu'on ait en plus l'obligation de nettoyer le four, ce serait méchant car on a bien dit : anti-stress. Un moule à soufflé est parfait aussi.

On glisse le plat dans le bas du four et on laisse cuire 40 minutes pour un grand gâteau, ou seulement 20 minutes pour les individuels.

À la sortie du four tel quel, ça ne paie pas de mine.  On s'en fiche. C'est un dessert égoïste.

Pour l'instant, on est là devant avec sa cuillère. On a sorti la glace du congélateur. On se demande si on ne s'est pas fait avoir par de fausses promesses.

Mais alors dès qu'on y plonge sa cuillère... dès qu'on soulève la masse moelleuse du biscuit tiède, on découvre toute la magie de ce dessert. En dessous se cache une sauce onctueuse et merveilleusement cacaotée... alors on fait aaaahhhh.

Et puis on ne dit plus rien, on a la bouche pleine.

gatomagique6

 

(Il faut manger tout, c'est beaucoup moins bon, le lendemain.)