band2


Et voilà, c'est reparti. Chaque année  dès les beaux jours, on nous inflige le même marronnier .

On ne peut pas sortir dans la rue sans voir fleurir ces injonctions, aux devantures des marchands de journaux :

  • Perdez trois kilos en moins d'une semaine !
  • Le régime miracle ! (même plus besoin de manger ?)
  • Des protéines qui font mincir !
  • Maigrissez avant l'été avec le docteur Mabuse !
  • Suivez notre régime exclusif sans faim ni fatigue !
  • Remettez votre maillot de l'année dernière ! (et si on veut en changer, nous ?)
  • Dites non aux bourrelets disgracieux ! (et si notre chéri trouve que les nôtres sont gracieux ?)
  • Mincissez en fonction de votre âge ! (attention, maintenant ça commence très jeune)
  • Perdez tout de suite 3 centimètres de tour de taille !
  • Perdez du ventre !
  • Perdez des fesses !
  • Perdez des cuisses !

Perdez votre âme et votre joie de vivre !
(Heu, non, ça ils n'osent pas le dire).

Soyez belles ! Soyez minces ! Soyez performantes ! Mangez des protéines ! Mangez cinq fruits et légumes par jour !  N'oubliez pas les céréales ! Un produit laitier à chaque repas ! Et les oméga 3… 6… 9 ! Ne sautez pas le petit déjeuner !  Faites du sport ! Bougez, on vous dit !  Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé ! Pas trop de viande ! Pas de charcuterie ! Attention au beurre ! Non à la crème fraîche ! Prenez garde, le lait cru vous empoisonne ! Le beaujolais-villages, avec modération, on vous dit ! Et votre cholestérol ! Et votre transit intestinal !  Et vos défenses immunitaires ! Et patati ! Et patata !


champignon


Mais enfin pour qui nous prennent-ils, ces prescripteurs de bonnes résolutions ? Ces empêcheurs de manger en rond ? Pour des simples d’esprits ? Croient-ils vraiment qu’aujourd’hui, il y a des gens qui pourraient penser que c’est en se bourrant de rillettes, de tartines de Nutella et de viennoiseries que l’on maigrit ? Il y a quelqu'un, ici, qui pense ça ? Levez le doigt !  ... Ben non, personne. Si c’était si simple, tout le monde serait mince !

Vous avez remarqué, mincir semble devenu la priorité absolue de la population. Tout le monde veut mincir, même les minces !  Ce qui montre bien l’irrationalité du phénomène. Il se greffe sur ce problème de nutrition et de civilisation tellement de pensées magiques ! C’est même devenu une religion : les croyances, le péché, le châtiment, la rédemption. Tout y est.


band1


Je ne connais pas UNE femme qui ne voudrait pas perdre un ou plusieurs kilos. Pas UNE qui, quand on lui offre un petit gâteau, ne fasse pas une réflexion sur son poids, ou sur le fait qu'elle doit faire attention à ce qu'elle mange. C’est devenu un réflexe.

On ne peut pas se servir un morceau de gâteau sans une arrière pensée d'insidieuse culpabilité, en se demandant combien on devra ensuite faire d'exercice, ou combien de futures privations, pour “ brûler ” ces calories. Ce plaisir nous est gâché par la pensée qu’on devra le « payer » ensuite. Gâché par l’idée du châtiment qui pèse sur la faute. À vie, on devra le payer : sur nos hanches, notre petit bedon rond. Si nous ne sommes pas aux normes, c’est notre faute à nous, repentons nous, mea culpa, flagellons-nous : privons-nous, affamons-nous, jeûnons.

Et le pire c'est que cette épidémie se propage aussi dans les blogues de cuisine. Oui, même ici, de temps à autre, on lit un commentaire du genre : « ah dommage, il a l'air bon ce gâteau mais je suis au régime »… Ou encore « c'est une bombe calorique, alors je n'en prendrai qu'une toute petite part » ... Ou bien cette phrase qui se veut un compliment : « houlala c'est une tuerie ce dessert ! »  contient sous jacente une allusion à un possible et extrême châtiment  : la peine de mort.


tartepom


L'ennemi à tuer, c'est avant tout la calorie. Quelle horreur : la nourriture contient des calories. C'est méchant, ces bêtes-là. Et en plus : c'est perfide, retors, et absolument cruel. Ça se niche surtout dans les choses qu'on aime. C'est simple : plus on aime, plus c'est riche en calories.
Les gâteaux, le chocolat, le foie gras et la fourme d'Ambert. Les tartes à la banane et le caramel au beurre salé. Les macarons. La crème, la mousse au chocolat. La pâte sablée. La quiche lorraine. Le bœuf bourguignon, la choucroute alsacienne et le petit salé aux lentilles. Le magret de canard. La poularde aux morilles. Et la purée de Joël Robuchon.

Donc les choses qu'on aime sont nos ennemies.

Les ingrates.

Et comme on aime beaucoup de choses, la nourriture  toute entière est devenue notre principale ennemie. On réfléchit à tout ce qu'on mange, on compte mentalement le nombre de calories. On a perdu toute spontanéité à se nourrir. Voire même simplement tout plaisir. On se gâche la vie en se culpabilisant pour le moindre carré de chocolat, la moindre tranche de pâté. Quant à la part de tarte aux framboises dans la vitrine du pâtissier : c’est simple, on n’aurait même pas dû la regarder.
On a envie d’une petite madeleine pour notre quatre heures, mais notre diététicien, notre magazine féminin et même notre meilleure copine nous disent que c’est mal. C’est un péché. La nourriture est mauvaise, et nous, nous qui l’aimons, nous sommes donc mauvais aussi.

Voilà comment, en ne respectant pas ce que nous mangeons, nous cessons de nous respecter nous-mêmes.


mangez_en_paixPour en savoir plus, pour vous réconcilier avec ce que vous mangez, lisez l'excellent livre du Docteur Apfeldorfer, Mangez en paix, édition Odile Jacob. Je vous garantis qu'ensuite, votre moral va remonter en flèche !

Il n'est pas inutile non plus d'aller  voir ces sites internet :

MiamMiam

Gros.org