On a failli perdre une espèce fragile, mais fragile... On a failli. Ouf. On l'a échappé belle. La bonne nouvelle est tombée mardi soir.

L’ours blanc est sauvé ? la baleine bleue ?
Non, bien plus difficile à trouver.

Le beluga n'est plus menacé d'extinction ?
Non. Plus inaccessible.

L’aigle royal ?
Non plus.
J’essayais d’en apercevoir un depuis plusieurs semaines. Ou l’ombre d’un. Pas facile. On m’avait dit de me fier à la couleurs du bois. Au velouté du toucher. Au jaune pâle de la couleur. À l’odeur suave et douce, un peu capiteuse. Au fait qu’il déteste les écarts de température. Qu’il ne se plaît pas au froid, mais dans un lieu légèrement humide…

Le varan de Comodo ? … Le tigre à dents de sabre ?

J’en ai enfin trouvé un. Dans une jungle.
La jungle aseptisée des frigos de la grande distribution. Au rayon fromage à la coupe. Un camembert au lait cru !

Le camembert ? Mais on en voit partout, dans tous les étalages des grandes et petites surfaces, dans tous les frigos de l’hexagone, sur les écrans de publicités, et même ailleurs…

camembetiq 

Ceux-là, vous ne les trouverez plus...

C’est ce qu’on veut vous faire croire.  En réalité ce sont des  leurres.

De vulgaires usurpateurs.
Certains, belle étiquette arborent palmes et blasons, veulent se faire passer pour je ne sais quel président d’un monde parfait, sécurisé, aseptisé. D’autres veulent faire croire qu’ils donnent un cœur de lion aux mecs, les vrais de vrais, qui en mangent. Ou d’autres encore qu’ils sont les préférés des pépés du terroir, les vrais de vrais itou, issus d’une jolie campagne idéale bien proprette…
Tous, ils écrivent en très gros sur leur étiquette : « moulé à la louche » et en tout petit : « au lait thermisé ». Ces cylindres blancs sortent tous du même gigantesques réservoir lactique et inoxydable, puis voyagent en convois frigorifiques jusqu’à ces hypermarchés où nous allons joyeusement vérifier la progression de notre « pouvoir d’achat », qui nous donne surtout le pouvoir de nous faire manipuler…
Ils sont blancs et rond, dans une jolie boîte en bois, ils n’ont pas de goût bien déterminé, sont un peu plâtreux à cœur, comme ça on est sûr qu’ils vont se conserver intacts au moins 15 jours dans le frigo…
Ceux-là je les connais. J’en ai mangé, une fois. (On ne m’y reprendra pas deux)
Je ne parle pas de ceux là.
Je parle d’un Camembert.

Avez vous déjà mangé du vrai Camembert ?

Quoi de meilleur qu’un bon Camembert de Normandie, au lait cru ? Issu des vaches normandes rousses et blanches, paissant hiver comme été une herbe verte et grasse que le climat humide et doux renouvelle en permanence, ce qui leur donne un lait aux parfums de prairies, de foin et de fleurs … Au goût qui change selon les saisons, selon le pré où la vache est restée, selon l’air qu’elle a humé. Qui a été fabriqué avec du lait à la température de la vache, selon un procédé respectueux du produit, en prenant le temps qu’il faut, en privilégiant la qualité plutôt que la quantité.

reoUn Camembert qui ne serait jamais passé par une température négative, qui aurait maturé pendant quelques semaines dans la douceur d’un hâloir, tranquillement salé et retourné par des mains expertes et attentionnées ?
Si oui, vous savez que le bonheur existe.
Les producteurs qui font encore du camembert AOC au lait cru se comptent sur les doigts d’une main, mais voyons le bon côté des choses : il en existe encore, tels les irréductibles Gaulois qui résistaient à l’envahisseur…
Eh bien profitons-en maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. Essayons de sauver ce qui peut l’être encore.

Si vous voyez celui-là, n'hésitez pas , il est délicieux !

D’un mensonge à l’autre

Les groupes industriels qui ont racheté les fabriques traditionnelles, ont tenté de tuer ce produit noble de notre patrimoine.  Pour de fallacieuses raisons de marketing.

Syndicat_camembC’est tellement plus authentique, un joli logo AOC ! Mais heureusement, l'INAO a tranché. La nouvelle vient d'être publiée hier :  L'AOC restera réservée aux seuls véritables camemberts au lait cru. On l'a échappé belle !

Les amateurs de vrais fromages, ceux qui avaient l’habitude d’acheter ces délices qu’étaient autrefois les Lanquetot, les Lepetit, les « médaillons » de Sainte-Mère, affinés juste ce qu’il faut, s’ils n’ont pas fait attention au changement subliminal de l’étiquette, se retrouvent purement et simplement avec un vulgaire camembert thermisé, qui aura un goût médiocre et ne pourra plus s’affiner. C’est là où est l’arnaque : sous la marque et la réputation (et aussi le prix) d’un — autrefois— bon camembert, vous avez un camembert tout à fait ordinaire.

Le beurre, l'argent du beurre... et la santé de la crémière

Ils sont futés, ces industriels, tout de même, non ? Le pire c’est qu'ils veulent nous faire croire que c’est pour notre bien, pour des raisons sanitaires. Le lait cru, disent-ils carrément, est dangereux pour la santé.
Eh bien. Première nouvelle ! On fabrique des fromages au lait cru depuis le néolithique. Si c’était dangereux, depuis le temps ça se saurait.
Et vous rendez-vous compte que les frigos ne sont généralisés que depuis cinquante ans : non seulement on mangeait des fromages au lait cru depuis huit mille ans, mais en plus, on ne respectait même pas la chaîne du froid ! On se demande comment l’humanité a pu survivre à cela !
Un produit du terroir est le résultat d’un processus très long de sélection humaine. C’est au fil des siècles, voire des millénaires, que les aliments néfastes ont été naturellement abandonnés, et les aliments bénéfiques développés. Le fromage au lait cru en fait partie : c’est un des aliments les plus anciens de l’humanité.
Tous les problèmes de listeria et autres méchantes bactéries ayant défrayé la chronique ces dernières années se sont produits sur des fromages pasteurisés, mais ça, on ne l’entend pas beaucoup dire…
Manger des fromages au lait cru est au contraire très bénéfique pour la santé, pour notre flore intestinale et nos défenses immunitaires.
Les fromages au lait cru renforcent les défenses immunitaires et sont bien meilleurs pour la santé que les actimalins au L casei défensis (c’est une bactérie qui n’existe que dans les labos, elle doit provenir d’une autre planète, on cherche…) bourrés de sucres.
Au passage, si vous trouvez que les fromages au lait cru sont chers, regardez donc le prix au litre de ces petites bouteilles miracles… Et donnez plutôt une portion de camembert au lait cru à votre enfant avant de partir à l’école.

Mais le plus drôle dans tout cela, c’est qu’aux États-Unis, là où règne la malbouffe et l’asepsie alimentaire, se dessine une nouvelle tendance, qui est le retour aux fromages au lait cru ! Des producteurs américains se développent en fabriquant ces fromages ! et des scientifiques y font des recherches pour démontrer qu’ils sont bons pour la santé. Si.
Quelle ironie !

J'avais déja évoqué ce sujet ici. C'était prémonitoire, hein ! La bonne nouvelle mérite qu'on en remette une couche. Tiens je vais aller m'en couper une p'tite portion, de camembert.