-

Cet article est le second d'une série de trois, si vous ne l'avez pas encore fait, lisez le début ICI (clic).

Et d'une porte à l'autre...

porte1

Vous rappelez-vous où nous en étions ? La bonne année, les portes, janvier.

Janus est donc le gardien du seuil: il porte une clef et un bâton. Il accueille ou chasse les intrus. C'est selon. Il regarde à l'intérieur et à l'extérieur: il décide qui entre et qui sort, il intercède.

Il est donc le lien entre deux mondes, entre le nôtre et l'autre monde, entre le monde des hommes et celui des dieux, des morts, de l'esprit, de la psyché, peu importe comment on l'appelle... Il est aussi le lien entre le conscient et l'inconscient. Nous pouvons avoir besoin de lui, quand, parfois, nous sommes un intrus en nous-même.

serrure On dirait bien que cette porte-là n'a pas été ouverte depuis belle lurette...

Les portes de son temple restaient fermées en temps de paix: pour que la paix ne puisse s'échapper, explique-t-il en personne à Ovide. Et ouverte en temps de guerre: pour que le peuple puisse venir s'y réfugier.

D'un rythme à l'autre

Les ouvertures du temple de Janus étaient orientées selon le lever et le coucher du soleil aux solstices, de manière à ce que la personne placée au centre voie chaque jour le soleil se lever et se coucher entre les colonnes qui délimitaient les angles du temple. Au centre, c'est là qu'était placée la statue aux deux visages. Janus pouvait voir sans se retourner la lumière croître et décroître, selon ce double rythme: annuel et journalier.

Solstices ? croître et décroître ?

Janus fait penser à Jean, ou plutôt au double Jean de la mythologie chrétienne : Jean l'apôtre, dont la fête, dite "saint Jean d'hiver ” est célébrée le 27 décembre, et Jean le Baptiste, dont la fête plus célébrée, la "saint Jean d'été”, a lieu le 25 juin.

Double visage ? Double Jean ? Coïncidence ?

Jean-Baptiste a laissé sa place au Christ : “ Il faut qu'il croisse et que je diminue ”. Il parlait de Jésus né au solstice d'hiver(lorsque la lumière croît), alors que lui-même est né au solstice d'été(lorsque la lumière décroît). Parallèlement le Christ a transmis à Jean l'apôtre (fête au solstice d'hiver) la mission de perpétuer son enseignement après lui.

Les mythes chrétiens se sont superposés aux anciennes croyances : quand on ne peut pas abolir un culte trop enraciné, on le remplace simplement, en gardant le sens intact.

Mais alors ? où cela nous mène-t-il ?

Ouvrons la dernière porte.

porte3

Lisez la suite de cet article ICI (clic).

-